Aissa Hamada et le blog sur le Magreb : ce qu’il faut savoir sur les rites funéraires en Algérie

Aissa Hamada et les rites funeraires en Algérie

Qui dit « religions » dit « rites funéraires » spécifique ! En Algérie, comme dans toutes les nations musulmanes, le défunt est traité avec respect et égard. La coutume exige qu’il soit du devoir de chacun d’avoir une attention très particulière à leur mort. Le deuil chez les Algériens est un moment important comprenant plusieurs étapes et ne dépasse pas 3 jours sauf pour une femme qui a perdu son mari.

Les attitudes à l’égard du défunt selon Aissa Hamada

Les proches d’une personne décédée doivent premièrement lui fermer la bouche et les yeux et le recouvrir de drap. Il est de leur devoir de prévenir la mosquée pour annoncer la triste nouvelle dans le village.

Le lavage mortuaire est important pour les Algériens puisque cela fait partie du dernier geste effectué pour la personne décédée. Un musulman qui n’est pas forcement membre de la famille s’en charge.

Ses bras doivent être tendus tout au long de son corps avant que la famille le parfume et l’enveloppe dans du linceul de couleur blanche. Le corps est sacré pour les Algériens et il faut le manier avec douceur.

La crémation n’est pas une coutume en Algérie et bruler un corps ne se fait pas car cela ne respecte pas la dignité du mort selon la confirmation d’Aissa Hamada. (Voir son profil)

La prière des funérailles

La prière pendant les obsèques peut être effectuée soit au cimetière, soit dans la mosquée. Le corps du défunt est généralement orienté vers le Mhirab, un type de niche au fond de la mosquée, qui indique la direction de La Mecque.

L’imam ou une autre personne peut mener la prière de l’enterrement. Cette prière est de très courte durée et ne ressemble pas aux autres prières habituelles, témoigne Aissa Hamada dans son blog sur le Magreb.

Elle est principalement reçue par le cri « Allah Akbar » qui signifie « Dieu est le plus grand » ! Cette phrase est répétée quatre fois. Elle comprend non seulement l’invocation en faveur du défunt, mais également de tous les vivants ainsi que tous les morts.

Seuls les hommes peuvent assister aux funérailles en Algérie. Le corps du défunt enveloppé dans du linceul blanc est déposé par terre comme le veut la tradition. Il est dirigé en direction de La Mecque dans sa tombe. Qui est Aissa Hamada ?

Comme la coutume l’exige, les femmes doivent attendre pour se recueillir sur la tombe où le défunt a été placé. L’absence des gentes féminines lors de la mise en bière est souvent expliquée par le fait qu’elles ont du mal à maitriser leur peine.

Les personnes en deuil doivent adopter une attitude discrète et digne pendant les enterrements. C’est pour cela que l’épouse, la mère, les sœurs du défunt ne se rendent au cimetière que le lendemain.

Enterrer les morts est une obligation prescrite par Dieu dans le livre sacré des musulmans, le Coran, selon Aissa Hamada. Pour les musulmans, la vie ne s’arrête pas à la mort qui n’est qu’un passage vers une nouvelle vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s