Les instruments de musique utilisés dans le Raï, tour d’horizon avec Aissa Hamada

Aissa Hamada instruments de musique Raï

La musique Raï devient populaire dans les années 70 en Algérie. Avec son rythme combiné au rock et à la musique orientale, il a su conquérir le cœur des jeunes du Maghreb. Il utilise une panoplie d’instruments traditionnels et modernes qui mérite d’être présentée par le Français d’origine algérienne Aissa Hamada.

L’Adrar et le tambour, les instruments de base de la musique Raï selon Aissa Hamada

Il s’agit d’un instrument populaire pendant l’Antiquité dans la Wilaya. Il a la forme d’un cylindre de 60 à 70 cm et est composé de cuir qui est tendu tout au bord du disque circulaire. Les Algériens l’ont conçu avec un tronc de palmier creux et le couvrent d’un morceau de métal dans la partie intérieure

Le tambour quant à lui est un instrument à percussion qui est généralement utilisé dans de nombreux types de musique à Adrar.

La Darbouka

La darbouka (derbuka, darbuqqa ou darbuka) est un type d’instrument musical de percussions qui fait partie de la membranophone. Elle vient principalement du Maghreb, du Moyen-Orient et d’Orient.

Elle date de plus 1000 ans avant J-C et est conçue à partir de terre cuite, d’aluminium et rarement de bois. Elle est recouverte d’une peau de mouton, de poisson ou de chèvre. C’est d’ailleurs ces membranes qui lui donnent un son unique confirme Aissa Hamada. (Voir sa publication).

Les drebkis (ceux qui jouent la darbouka) utilisent celles qui sont fabriquées à partir d’une peau synthétique et de cors en métal du fait de leur longévité et solidité. Elles sont jouées avec la main avec davantage de frappes diverses et un toucher léger.

La Ghaïta

La Ghaïta (se prononce « raïta ») est un instrument à vent qui joue un rôle très important dans la musique Raï. Elle est conçue avec un métal comme le fer ou le cuivre selon le son recherché. Sa taille varie entre 35 et 40 cm de long ce qui fait d’elle un instrument facile à porter selon les explications. Cliquez ici pour contacter Aissa Hamada.

Sa partie supérieure est composée d’une flûte fabriquée à partir d’une plante se trouvant uniquement dans les rivières. Elle rassemble des fils en perles et en soie. Le genre Chaoui l’utilise également.

Elle utilise le mouvement des doigts et le souffle pour diversifier et modifier les sons pendant les fêtes. Il n’y a que les hommes qui jouent à la Ghaïta en Algérie, mais cela n’empêche pas la participation des femmes.

Le violon oriental

C’est l’instrument de base dans le chaâbi marocain et le raï algérien. Il est en général accordé d’une tout autre manière que le style occidental. Les musiciens le posent sur le genou pour une meilleure prise et une réaction à la caresse de l’archet.

Il joue un rôle essentiel dans le genre arabo-andalou par son accord limité en Mi-La-Ré-Sol.

Le Bendir

Le bendir est conçu avec du bois rare en forme de disque de 40 cm de diamètre qui est recouvert de peau de mouton ou de chèvre. Un fil en perle ou en caoutchouc est posé tout au long de son diamètre explique Aissa Hamada sur son blog Myspace.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s