Aissa Hamada présente les équipements indispensables pour une randonnée en montagne

Aissa Hamada équipements

Chaque randonneur en montagne est dépourvu d’assistance technique à un moment ou à un autre. Il ne peut compter que, soit sur ses amis ou compagnons de randonnées soit sur le système D pour la résolution de ses soucis. Rien ne doit alors être laissé au hasard en ce qui concerne les équipements et les matériels puisqu’un simple incident peut tourner au tragique en haute montagne.

Les chaussures de randonnées en montagne

Les chaussures standardisées pour affronter l’humidité, le froid, le chaud, le sable et surtout les terrains accidentés n’existent pas ! Il faut dans ce cas bannir les baskets et ceux qui sont de type jogging.

Aissa Hamada (ici pour le suivre) explique que le pied d’un randonneur en haute altitude ne doit pas être ni trop serré au risque d’inconfort ni trop libre pour éviter les frottements. Le pied peut d’ailleurs gonfler après une journée de marche. Et c’est évident et logique pour ceux qui vont effectuer la marche pour la première fois.

Les chaussettes comptent beaucoup lors d’une marche. Elles doivent épouser la forme du pied de façon confortable puisque des chaussettes amples provoquent des ampoules. Par contre, celles qui sont trop serrées peuvent empêcher le sang de bien circuler.

La semelle doit être crantée et ne doit pas être rigide pour que le pied déroule à merveille. La tige des chaussures est meilleure si elle peut couvrir les deux chevilles sans pour autant les compresser. Le randonneur peut recourir à une autre semelle intermédiaire si son pied bouge encore.

L’étanchéité de la chaussure est importante lorsqu’il s’agit d’une randonnée en haut lieu. Le temps peut varier d’un moment à l’autre en haute altitude. Les chaussures ayant une coque en plastique sont ainsi à privilégier pour la pratique de ce genre de déplacement. Suivez les conseils d’Aissa Hamada sur Viadeo.

Le sac à dos : trousse de secours d’un bon randonneur

Le sac à dos est acheté selon le genre de randonnée et selon son utilisateur (femme ou homme). Sa capacité dépend entièrement de l’activité et du nombre de jours. Généralement, les boutiques les vendent de 20 à 45 litres.

Le dos d’un sac de randonnée doit être aéré et matelassé pour pouvoir rester confortable pendant la montée et la descente. Le sac doit être équipé d’une ceinture ventrale, de plusieurs poches, de bretelles matelassées, etc.

Il est primordial de bien vérifier les coutures si le sac a déjà un certain âge pour ne pas se trouver en difficulté une fois là-haut. Il est donc nécessaire de le renforcer chez un couturier avant de dompter l’altitude confirme Aissa Hamada.

Ce soi-disant « trousse de secours » pour randonneur comme Aissa Hamada doit au moins comporter quelques objets : une cape ou une pèlerine, un couteau, des pansements de premier secours, une poche à eau ou une gourde, une lampe de poche, une boussole, du papier journal, des lunettes contre-soleil, des mouchoirs, des fruits secs, un bonnet, une casquette et des gants.

Les vêtements doivent être assez amples pour favoriser les mouvements et la circulation du sang. D’autres détails avec Aissa Hamada sont disponibles ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s